Programme cofinancé par l'Algérie et l'Union européenne

Géré par le Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale

FICHE DE PROJET

 

Intitulé du projet

NASIJE : Nouvelles Actions Solidaires pour l’Insertion socioéconomique des Jeunes Exclus

Présentation du bénéficiaire chef de fil

Dénomination 

Handicap International

Statut juridique 

Association française à but non lucratif

Date de création

1982, active en Algérie depuis 1998

Secteur (s) d’activité

Education/insertion/santé

Contact(s)

Aude Bumbacher Kellou

Fonction(s)

Chef de mission

Tél.

+ 213 (0) 6 61 56 67 56 

Fax

+213 (0) 23 59 71 63

E-mail

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site web

 

www.handicap-international.fr

Présentation du co bénéficiaire

Dénomination 

Agence Nationale de Gestion du Micro Crédit (ANGEM)

Statut juridique 

Secteur public - Agence d’exécution

Date de création

2004

Secteur (s) d’activité

Micro – crédit

Contact(s)

Mohamed El Hadi Aouaidjia

Fonction(s)

Directeur Général

Tél.

+213 (0) 6 61 87 04 58

Fax

 

E-mail

 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site web

www.angem.dz

Données générales du projet

Zones d’intervention

Wilayas de : Annaba, Béchar, Khenchela et Oran

Durée

24 mois

Budget global

1.283.333 €

Contribution UE

1.155.000 € (dont 900.000€ pour des subventions en cascade*)

Description du projet

Contexte

L’Algérie, qui cherche à diversifier son économie fortement dépendante de la production d’hydrocarbures, connait un taux de chômage important (9,8% en 2014), il atteignait pour les jeunes (16-24 ans) 24,8% en avril 2014 ; les jeunes représentant 70% de l’ensemble des chômeurs. Parmi eux, les jeunes en situation de handicap ou de vulnérabilité sont surreprésentés.

Dans les 4 wilayas pilotes (Annaba, Béchar, Khenchela et Oran), le nombre de jeunes en situation d’exclusion sociale est estimé à 136.700 soit 15% des 18-35 ans. L’absence de revenus stables et l’inactivité renforcent leur sentiment d’exclusion.  

Les dispositifs d’aide à l’insertion sociale n’ont pour l’instant réussi qu’à atteindre un nombre trop limité de ces jeunes. Le faible accès des jeunes en situation de handicap ou de vulnérabilité au marché du travail est dû à une conjonction de problèmes au niveau individuel et d’obstacles résultant de l’environnement que les personnes doivent surmonter pour trouver un emploi, ou le créer et le conserver.

Les entreprises publiques et privées sont souvent peu disposées à embaucher des jeunes, surtout lorsqu’ils sont en situation d’exclusion, en raison d’une perception erronée de leurs capacités et une conjonction de barrières physiques, attitudinales et informationnelles.

Ainsi, Handicap International, qui est présente en Algérie depuis 1998, a développé en concertation avec : les autorités publiques, en particulier l’ANGEM et son autorité de tutelle, le Ministère de la Solidarité Nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, et des associations d’aide aux personnes handicapées, aux femmes démunies et à d’autres jeunes marginalisés, le projet NASIJE.

Ce projet qui a été bâti en concertation avec les pouvoirs publics locaux et nationaux  vise à renforcer le rôle et l’action des organisations de la société civile dans le cadre de la mise en œuvre concrète des politiques en faveur de la jeunesse et de la création d'emploi en Algérie.

Objectif général

L’insertion sociale et professionnelle des jeunes les plus exclus est rendue effective par l’action concertée et plus efficiente de la société civile et des pouvoirs publics dans le cadre de la mise en œuvre des politiques nationales en direction de la jeunesse.

Objectif spécifique

Les acteurs de la société civile sont mobilisés autour de dynamiques partenariales pluri-acteurs et renforcés dans leurs capacités à mettre en œuvre des actions concrètes facilitant l’accès des jeunes les plus exclus aux services, programmes nationaux et initiatives locales d’insertion sociale et professionnelle en direction des jeunes dans 4 wilayas pilotes : Annaba, Béchar, Khenchela et Oran.

Publics ciblés

  • Mille deux-cent (1 200) jeunes en situation d’exclusion sociale et sans emploi ; 
  • Trente-cinq (35) à quarante-cinq (45) Organisations de la Société Civile (OSC) locales œuvrant auprès des jeunes et des personnes vulnérables ;
  • Vingt (20) antennes locales des services et dispositifs publics d’aide à l’insertion sociale et professionnelle ;
  • Deux-cent (200) entreprises (privées et publiques).

Résultats attendus

1. Sur chaque wilaya, un acteur de la société civile est appuyé pour faciliter l’identification des enjeux socioprofessionnels prioritaires des jeunes les plus exclus et favoriser une réponse concertée des acteurs impliqués dans le domaine de l’appui à la jeunesse et le développement économique.

2. Un dispositif d’appui est déployé pour accompagner et renforcer les acteurs associatifs dans le développement, le suivi et l’évaluation d’actions de proximité auprès des jeunes les plus exclus socialement sur chaque territoire.

3. Les acteurs de la société civile participant au dispositif d’appui testent des solutions pratiques permettant aux jeunes les plus exclus de renforcer leur employabilité, leur compétence professionnelle ou leur esprit d’entreprise (à travers des initiatives dédiées ou l’adaptation d’initiatives existantes).

4. Les acteurs de la société civile développent des initiatives de promotion de la citoyenneté permettant de renforcer l’intégration des jeunes les plus vulnérables et leur implication dans la vie associative et le développement local.

Activités principales

 

 

 

 

 

 

 

1.1 Accompagnement et renforcement des capacités d’une association de référence par wilaya.

1.2 Mise en place d’espaces de concertation pluri-acteurs Jeunesse, Emploi et Citoyenneté sur chaque territoire.

1.3 Diagnostic participatif et identification des solutions aux barrières à l’insertion sociale des jeunes en adéquation avec les programmes locaux de développement.

1.4 Sensibilisation et formation-conseil des acteurs locaux sur les besoins et les priorités des jeunes exclus.

1.5 Organisation de forums pour l’échange de pratiques et mutualisation d’expertise.

1.6 Diffusion des pratiques innovantes, capitalisées par le projet.

2.1 Mobilisation et sélection de huit (08) à douze (12) Organisations de la Société Civile (OSC) à travers un appel à propositions sur chaque territoire pilote.

2.2 Accompagnement des idées d’actions de proximité présélectionnées.

2.3 Contractualisation, soutien financier et formation initiale des porteurs de projet à la gestion opérationnelle et financière.

2.4 Diagnostic organisationnel et plan d’action de renforcement institutionnel.

2.5 Accompagnement à la gestion administrative et au suivi-évaluation des activités des OSC partenaires.

3.1 Formation technique et coaching des cadres associatifs/agents d’insertion à l’Accompagnement Social Personnalisé et aux dispositifs existants.

3.2 Mise en place d’actions de proximité couplant les dynamiques de groupe et le soutien individuel visant à renforcer l'employabilité et l’accompagnement des jeunes exclus vers l’emploi.

3.3 Mise en place de groupes de travail autour des bonnes pratiques au sein des entreprises sur la Responsabilité Sociale des Entreprises et les mesures incitatives pour l’emploi et l’apprentissage des jeunes exclus ;

3.4 Mise en place d’actions pilotes visant à améliorer l'accessibilité de la formation professionnelle et l’apprentissage à travers des systèmes pilotes.

3.5 Mise en place d’actions d'accompagnement des jeunes exclus candidats à l’entreprenariat, par l’appui à la formulation des projets et le suivi-conseil.

4.1 Formation et coaching des cadres associatifs à la pratique de réseau et aux techniques de mobilisation.

4.2 Mise en place d'initiatives locales valorisant la place, l’identité et la diversité des groupes cibles.

4.3 Mise en place d'initiatives locales permettant la participation de jeunes exclus à des dynamiques citoyennes et socioculturelles déjà existantes dans leurs communautés.

Méthodologie et stratégie d’intervention

Le projet NASIJE vise en premier lieu le renforcement des capacités des acteurs de la société civile pour qu’ils puissent contribuer davantage à la mise en œuvre des politiques en faveur de la jeunesse, et assurer l’accès des dispositifs publics et associatifs aux jeunes les plus vulnérables par des actions concrètes.

La méthodologie de ce renforcement est basée sur trois piliers :

  • L’appui à la concertation et la mise en réseaux des acteurs ;
  • Le soutien financier ; par le biais d’un fond en « cascade »* à au moins quarante (40) OSC locales qui n’ont généralement pas accès directement aux financements de l’UE ou d’autres bailleurs d’envergure ;
  • Le soutien au renforcement des capacités institutionnelles des OSC.

Le projet déploiera parallèlement une stratégie d’ancrage institutionnel et de co-construction des actions avec les parties prenantes afin de s’assurer de la viabilité des actions.

Les mécanismes de concertation et les initiatives locales seront les vecteurs d’une approche inclusive permettant de faire la passerelle entre les jeunes en situation d’exclusion et les services d’aide à l’insertion.

Au niveau technique, le projet soutiendra le développement de l’approche de l’Accompagnement Social Personnalisé (ASP). L’objectif de l’accompagnement social personnalisé, appliqué à l’insertion professionnelle, sera d’encourager l’autonomisation de la personne accompagnée vers l’emploi, en favorisant la recherche d’adéquations entre ses aptitudes, ses intérêts et les objectifs recherchés par l’insertion professionnelle, d’une part, et les exigences des tâches inhérentes à l’emploi ciblé (qu’il s’agisse d’auto-emploi ou d’emploi salarié) de l’autre, d’autre part.

* Les subventions dites « en cascade »  sont un mécanisme de financement  permettant à travers une organisation relais de soutenir des associations n’ayant pas suffisamment de compétences pour répondre à des appels à propositions de l’Union européenne qui nécessitent  le respecter de procédures administratives complexes. Dans ce projet, l’Union européenne subventionne Handicap International (organisation relais) qui à son tour subventionne des associations à travers des appels à propositions aux procédures plus souples.

Mots clefs

Organisation de la Société  Civile / Jeune / Insertion sociale et professionnelle / Employabilité / Accompagnement / Subvention / Renforcement de capacité / Partenariat

Partenaires

  • partenaire
  • partenaire
  • partenaire
  • partenaire
  • anem